Deux pour sortir d’un conflit interminable

Voici un conflit venu en médiation après des années de combat juridique. Tout le monde est d’accord pour tenter une médiation, parties en présence et Conseils. La fatigue du combat commence à se faire sentir pour tous, l’issue paraissant lointaine et incertaine. La médiation commence sous les meilleurs auspices : bonne volonté, désir partagé d’en finir, volonté affichée de régler au mieux le conflit. Mais, après plusieurs rendez-vous individuels (caucus) puis deux réunions plénières, les médiateurs ont l’étrange impression de faire du sur-place, et, disons-le tout net, de se fatiguer pour rien. Néanmoins, pleins de bonne volonté, patients et courtois, ils font ce qui est nécessaire pour faire avancer la médiation. Jusqu’au jour où… un des médiateurs nous raconte :

« ma comédiatrice était patiente et compréhensive. Mais moi, la moutarde m’est montée au nez. Après avoir vu passer un échange de mails – nous étions en copie – entre les parties se renvoyant la balle d’une façon telle que nous étions revenus au tout début de la médiation, j’ai éclaté ! En gros, et avec les formes, je leur ai dit que les médiateurs ne cherchaient pas à faire durer l’affaire, que nous n’avions pas le goût des dossiers englués de poussière, d’une part, et, d’autre part, s’ils désiraient ne plus tenir compte des premiers accords, libre à eux de mettre fin à la médiation et de partir pour des années de procédures ! Nous avons reçu quasi un mail d’excuses… Lors de la plénière suivante, il me fut dit que j’avais mauvais caractère, ce que j’ai confirmé. Mais la médiation a repris… »

Leçon : que chaque médiateur conserve son tempérament !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*